Revenir en Haut


     awebdel al ricoyot LIVRES ET FILMS > LIVRES     mise à jour le 03 12 15

littérature prix nobel scribe bouquin

  sommaire :
  quelques livres lus | sites divers | oeuvres et notes


awebdel al ricoyotQUELQUES LIVRES LUS  


sms tue

- Titre de l'oeuvre _ auteur _ édition et année _ lu le (fini de lire le)



- Les enfants d'Icare _ arthur c. clarke _ j'ai lu 1978 _ 05 07 15

- Les maîtres de l'occultisme _ andré nataf _ france loisirs 1990 _ janvier 2015

- L'expérience interdite _ père joseph-marie verlinde _ saint paul 1998 _ 14 09 14 :
  ►extraits et citations du texte


- Les monades urbaines _ robert silverberg _ robert laffont 1974 _ 08 07 14 :

« Je travaille sur une idée selon laquelle la vie en milieu monadial engendrerait une nouvelle espèce d'êtres humains. Un type humain naturellement adapté à un espace vital relativement étroit et à un faible quotient d'intimité. Au début, Micael n'avait pas été convaincu... Quant il avait expliqué pourquoi personne ne sortait des monades urbaines, bien qu'il n'existât aucune véritable interdiction. Parce que nous reconnaissons que ce serait une fantaisie sans espoir. Nous restons ici, que cela nous plaise ou non. Et ceux à qui ça ne plait pas, ceux qui éventuellement ne le supportent plus... eh bien, vous savez ce qui leur arrive. Micael le sait. La chute pour les anomos.» [=les anomalies, les rebelles]

« Il s'envole vers dieu. En un saut parfait.»


- Chamanisme et chamans _ mario mercier _ éditions dangles 1987 _ 10 06 14 :
  ►extraits et citations du texte


- Les chakras _ c.w. leadbeater _ éditions adyar 1990 _ 01 03 14 :
  ►extraits et citations du texte


- L'univers de Tolkien, les sources mythologiques _ david day _ octopus 2003 _ 19 09 13 :

« Tout a commencé avec une étoile. Et à partir de cette unique lueur, un monde a été créé. Dans l'antiquité, c'est l'« étoile du matin ». C'est aussi l' « étoile du soir », ou la planète appelée Vénus, du nom de la déesse romaine de l'amour. En 1913, encore étudiant à Oxford, le jeune Tolkien découvre que cet élément brillant provoque en lui « un étrange frisson [...] Comme si quelque chose remuait en moi, à demi éveillé de mon sommeil.» Ce qui l'exalte n'est pas tant l'étoile elle-même que son évocation dans un poème mystique en vieil anglais (anglo-saxon),'the Crist of Cynewulf' :
... Salut Earendel, le plus brillant des anges »
« Au-dessus de la Terre du Milieu envoyé aux hommes.»
« Il y avait quelque chose de lointain, d'étrange et de magnifique derrière ces mots, si je pouvais le saisir, bien au-delà de l'ancien anglais », écrit plus tard Tolkien. D'après le contexte, il déduit qu'Earendel devait se référer à l'étoile du matin, luisant comme une lueur de foi au-dessus de la terre des hommes, à mi-chemin entre le ciel et l'enfer, également appelée « Terre du Milieu ». Tolkien pense avoir découvert en Earendel le « plus brillant des anges », un mythe anglais original. Cette légende inspire un obscur fragment issu d'un conte de fées islandais : l'histoire du marin héroïque Orentil, identifié, dans la mythologie nordique, à l'étoile du matin. L'année suivante, Tolkien se fixe pour tâche de reconstituer ce qu'il considère comme le véritable mythe d'Earendel et compose un long poème narratif : Le Voyage d'Eärendil.
Le héros, tel l'antique Hollandais volant, est un marin condamné à errer dans un labyrinthe de mers indistinctes et d'îles enchantées. Transformée en oiseau de mer blanc, la bien-aimée d'Eärendil, la princesse elfe Elwing, lui apporte un joyau béni de lumière vivante. Le héros et son navire sont emportés au firmament où, pour l'éternité, Eärendil le Marin navigue dans les cieux. A son front brille le joyau rayonnant de lumière que nous voyons aujourd'hui comme l'étoile du matin.
Le Voyage d'Eärendil est écrit à la fin de l'été 1914. Et, bien que Tolkien se soit inspiré des vers d'une poésie ancienne, il a créé avec Eärendil, comme le suggère Humphrey Carpenter dans sa biographie de l'auteur, une histoire qui n'appartient qu'à lui et riche de possibilités : « Ce fut en fait le début de la mythologie personnelle de Tolkien.»
p8-9

Odin « Dieu, sorcier, guerrier, mystificateur, polymorphe, nécromancien, mystique, chaman, roi : aucun personnage mythologique n'est plus proche de Sauron qu'Odin. Tous deux acquièrent la maîtrise des loups et des oiseaux ; corbeaux dans le cas d'Odin, corneilles dans celui de Sauron. Le désir d'Odin de régner sur les neuf mondes correspond à l'objectif de Sauron : contrôler la Terre du Milieu. Leur intention sont identiques : devenir maître d'un anneau magique et tout puissant - l'anneau unique dans le cas de Sauron, Draupnir pour Odin. Et de même que l'anneau unique réunit les talents de Sauron et de Celebrimbor, Draupnir mêle ceux des elfes Sindri et Brok, et toute la sagesse d'Odin. En outre, l'anneau unique contôle les autres anneaux de puissance, et Draupnir donne naissance tous les neufs jours à huit nouveaux anneaux. Outre les similitudes entre Odin et Sauron, et la source de leur pouvoir, leurs deux histoires sont dominées par leur quête du maître anneau. Sauron perd son anneau dans la guerre contre la dernière alliance des elfes et des hommes, et Odin, le sien, aux funérailles de son fils favori, Balder. Tandis que la barge funéraire est consumée par le feu, Odin place Draupnir sur la poitrine de Balder. Sans l'anneau, sa puissance, comme celle de Sauron, est diminuée. Mais comme l'anneau unique, Draupnir n'est pas détruit ; il suit Balder dans le sombre domaine de Hel, la prison des morts. Et de même que Sauron envoie ses cavaliers noirs retrouver l'anneau, Odin monte son destrier à huit jambes, Sleipnir, afin de reprendre Draupnir. La troisième comparaison frappante qui s'impose est le motif de l'oeil unique et solitaire. Dans les légendes nordiques, Yggdrasil possède à son pied la fontaine de sagesse. Là vient boire Odin, assoiffé de savoir. Mais pour une longue gorgée d'eau, il doit sacrifier un oeil, ce qu'il fait sans hésiter. Il devient alors le dieu borgne.» p. 33-34


- Les thanatonautes _ bernard werber _ jean jacques pauvert 1962 _ 08 08 13 :

« A quoi bon tous ces efforts ? Lui sentait une grande fatigue l'envahir. C'était comme si la vie le quittait progressivement. Exactement ça. Ca sortait. Il sentait que ça sortait. Pas possible! Jean lucinder sentait... qu'il sortait. Il sortait de son corps. Ca alors! Il sortait vraiment de son corps. Lui, enfin lui ou quoi d'autre? Il y avait quelque chose d'autre... comment pourrait-on appeler cela? Son âme? Son corps immatériel? Son ectoplasme? Sa pensée matérialisée? C'était lui en transparent et léger. Ca se séparait, ça se désincrustait, ça se scindait. Quelle sensation!»

« La vraie justice, c'est peut-être ça: être capable de dire merci à ceux qui vous ont fait du bienet de ne pas lécher la main de ceux qui vous ont nui.»

« Etre méchant oblige à s'occuper des autres, à se soucier de leurs défenses, à imaginer des vacheries. Mais être gentil, ça permet de ne toucher ni d'être touché par personne. La gentillesse est juste un confort pour être tranquille.»


- L'herbe rouge _ boris vian _ albin michel 1994 _ 26 05 13 :

« Tout ce qui n'est ni une couleur, ni un parfum, ni une musique, dit-il en comptant sur ses doigts, c'est de l'enfantillage.
- Et une femme ? protesta Lil. Sa femme ?
- Une femme, non, par conséquent, dit Wolf, puisque c'est au moins les trois.»

« Il entraîna Lazuli dans la salle à manger et ouvrit le placard. Il y avait une pleine bouteille de reglinglot à moitié vide.
"ça suffira, dit Wolf. A la régalade ?
- Voui, dit Lazuli. Comme des hommes.
- Qu'on est, ajouta Wolf pour renforcer leur décision.
- La trique au vent, dit Lazuli, tandis que Wolf buvait. La trique au vent et tant pis pour les cloches. Et vive les récipiendaires. Passez-moi ça, buvez pas tout.»


- Le chemin des neufs mondes _ éric julien _ albin michel 2001 _ 31 03 13 :

(Les indiens kogis de Colombie peuvent nous enseigner les mystères de la vie)

Tisser « c'est penser, c'est mettre les choses en accord les unes avec les autres. Comme la vie, le tissu a deux faces. Le soleil symbolisé par le fuseau, progressant en spirale d'arrière en avant, tisse en permanence les deux faces de l'étoffe, une face pour le jour et une face pour la nuit, pour la lumière et pour les tenèbres, pour la vie et pour la mort.» C'est donc construire sa vie dans le cadre d'un ensemble de relations qui permet « d'enrouler les pensées et d'être enveloppé dans la sagesse de la vie comme on s'enveloppe dans un tissu.» La qualité de la vie dépend de la pensée des hommes. p. 158


- J'irai cracher sur vos tombes _ vernon sullivan _ scorpion 1976 _ 28 02 13 :

« Les gens se soucient peu d’acheter de la bonne littérature ; ils veulent avoir lu le livre recommandé par leur club, celui dont on parle, et ils se moquent bien de ce qu’il y a dedans.»

« - Ce n’est pas de ma faute si je suis bâti comme ça, et si je n’ai pas une tête de chérubin.
- J’ai horreur des chérubins dit-elle.»


star wars power force

- Le bouddhisme du bouddha _ alexandra david néel _ le rocher 1977_ 01 02 13

« L'étymologie du mot Nirvâna nous donne le sens d'extinction ou plus exactement celui de souffler une lumière pour l'éteindre...Extinction, flamme qu'un souffle fait disparaître, oui le Nirvâna est bien cela; mais qu'est-ce qui s'éteint, quelle est cette flamme qu'un souffle, notre souffle, fait disparaître?»

Selon un disciple du Bouddha le Nirvâna est l'anéantissement du désir, l'anéantissement de la haine, l'anéantissement de l'égarement.

« L'extinction à laquelle la signification du mot Nirvâna se rapporte est celle de l'attachement à l'existence individuelle, la "flamme" que nous avons à "souffler" est l'illusion du "Moi.»

« La mort, au point de vue bouddhiste, est la dissolution de la forme, perceptible à nos sens, d'un groupement d'éléments qui vont se réagréger en de nouvelles combinaisons. Le Nirvâna peut être envisagé comme la perception du lien qui relie toutes ces manifestations que la faible étendue de notre vision nous fait paraître isolées et distinctes; dès lors, l'atteindre c'est avoir rompu la barrière que nous oppose l'illusion de la personnalité, voir au-delà de la mort, au-delà de la naissance, au-delà de toute l'agitation des combinaisons impermanentes, saisir l'Immuable, l'Unité, le Réel : Cela qui est (Sat) dit la vieille philosphie hindoue.»

p. 186, éditions du rocher, 1989.


- L'écume des jours _ boris vian _ gallimard / nrf 1947_ 24 01 13 :

« Ce qui m'intéresse, ce n'est pas le bonheur de tous les hommes, c'est celui de chacun"

« On leur a dit : "le travail, c'est sacré, c'est bien, c'est beau, c'est ce qui compte avant tout, et seuls les travailleurs ont droit à tout." Seulement, on s'arrange pour les faire travailler tout le temps et alors ils ne peuvent pas en profiter.»


+ autres extraits sur http://fr.wikiquote.org/wiki/Boris_Vian


star wars power

- L'arrache-coeur _ boris vian _ le livre de poche 1953 _ 30 11 12 :

« "L’arrache-cœur" narre le parcours d’un psychiatre dénommé Jacquemort. Il n’aspire qu’à psychanalyser rapidement des gens pour combler son vide intérieur, son absence de passions. Il  arrive donc par hasard, près d’une maison blanche avec un grand jardin, perchée sur une falaise en bord de mer, où vivent Angel et son épouse Clémentine, sur le point d’accoucher. Des triplés vont naître : Noël, Joël et Citroën. Jacquemort emménage dans cette famille et découvre aux alentours un village atypique dont la population ignore la notion de honte. Jacquemort va y assister à des scènes étranges et déconcertantes : un marché aux vieux, une église où sont organisés des combats de boxe, des apprentis maltraités, un cheval cloué sur un panneau de bois, un maréchal-ferrant qui s’accouple avec une androïde de bronze et d’acier, un ruisseau rouge dans lequel on jette les choses mortes afin qu’un homme les repêche avec ses dents pour qu’il puisse ainsi digérer la honte de tout le village, etc…»
http://textesatoutvent.blogspot.fr/2012/05/larrache-coeur-boris-vian.html


- Hara, centre vital de l'homme _ karlfried graf durckheim _ courrier du livre 1974 _19 09 12 :

« Celui qui a acquis la maîtrise du Hara peut garder son calme dans n'importe qu'elle circonstance, même face à la mort. Il peut s'incliner devant son vainqueur sans perdre contenance et il sait attendre. Il ne se rebelle pas contre la roue de la destinée, mais attend avec sérenité ce que va lui apporter le sort. Celui qui possède le Hara voit le monde sous un autre angle. Il l'accepte comme il est et, bien que ce monde soit toujours différent de ce qu'il souhaiterait, il sent toujours une harmonie mystérieuse entre lui et ce dernier. Se révolter, c'est souffrir. Toute souffance indique que l'homme s'est écarté de la Grand Unité et témoigne donc de la réalité de cette Unité. Mais cela le commun des mortels ne le voit pas. Ce n'est que lorsque la volonté, le sentiment et l'entendement sont "enracinés " dans le Hara qu'ils ne s'opposent pas à ce qu'il est, mais sont au contraire au service de la Voie sur laquelle se trouve tout ce qui existe. hara hypogastre christos ventre centre vital du qi chi prânaDécouvrir cette Voie, la reconnaître et ne plus la quitter est le but final de tous les efforts accomplis en vue d'acquérir le Hara.» p. 30

« Tanden [ou tan tien] seul signifie le centre de gravité qui se manifeste dans le Hara solidement acquis.» p. 44 [tan tien, point situé à 4-5 cm sous le nombril]

« Haratsuzumi wo utso [expression japonaise], "frapper le tambour du ventre", s'utilise dans le sens de mener une vie heureuse.» p. 45

Le japonais « apprécie le hara-goe, la voix du ventre, car elle est pour lui l'expression de l'être intégré, de l'unité parfaite, preuve d'envergure et de profondeur. En revanche, celui qui prononce des paroles profondes d'une voix de tête n'est pas pris au sérieux, on le soupçonne de manquer de sincérité.» p. 50

Harakiri signifie "fendre le ventre".« Si le japonais se suicide en s'ouvrant le ventre, c'est parce que c'est là que, pour lui, se situe le siège de la vie.» p. 58

« L'épanouissement de l'esprit, dans le sens plein du terme, ne devient possible que lorsque a disparu l'esprit du Moi qui accapare et objective toute chose. Cela suppose nécessairement la dissolution du Moi dans l'unité primaire originelle de la vie, unité dans laquelle toutes les oppositions se trouvent encore fondues et dont le Hara est le symbole. Chaque fois qu'un Occidental a trouvé la "Voie de la Lumière" supérieure, non seulement grâce à sa pensée rationnelle mais surtout grâce à son évolution intérieure, il n'y est parvenu qu'en traversant les "sombres" profondeurs. Toute élévation spirituelle véritable implique préalablement une descente au "centre de la terre.» p. 61


- La légende des soleils _ traduction jean rose _ anacharsis 2007 _ 19 09 12 :

« Notre âge a été précédé de quatre autres, les Quatre Soleils, qui tous ont pris fin sur une catastrophe dans laquelle tous les hommes ont péri. Le premier fut le Soleil de Jaguar; un jour 4-Jaguar les fauves dévorèrent les humains. Le second a été le Soleil de Vent; un jour 4-Vent une tempête dévasta la terre. Le troisième, Soleil de Pluie, se termina, un jour 4-Pluie, par une pluie de feu. Le dernier, Soleil d'Eau, s'acheva sur un déluge qui noya tous les humains. Chacun des âges est lié à un élément et à une direction : le Soleil de Jaguar, à la terre et au nord; le Soleil de Vent, à l'air et à l'ouest; le Soleil de pluie, au feu et au sud; le Soleil d'Eau, à l'eau et à l'est. Un cycle était terminé. Les quatre éléments et les quatre orients ont été épuisés. L'âge suivant sera nécessairement différent. C'est l'âge des Aztèques:" C'est le nôtre" est-il dit. Il relève de la cinquième direction, le Centre. Il se situe donc à l'axis mundi, autour duquel l'Univers s'organise. Son signe est Quatre-Mouvement. Il est voué à l'instabilité. Sa place dans la suite des âges l'indique aussi bien que son nom : 5 est dans la symbolique nahuatl le nombre de l'excès, du désordre, du déséquilibre. Par ailleurs, le terme nahuatl pour "mouvement" est ollin, qui désigne en particulier les tremblements de terre. Le cinquième âge, ère de l'instabilité et de l'incertitude, prendra fin sur un immense séisme.» p. 20

« Les deux calendriers aztèques ne commencent le même jour que tous les 52 ans. Cette coïncidence est célébrée au cours d'une cérémonie dite du Feu Nouveau : tous les feux ont été éteints; à la nuit tombée les prêtres se rassemblent sur une hauteur proche de la ville et allument sur la poitrine de la victime que l'on vient de sacrifier le Feu Nouveau qui sera ensuite distribué à tous les foyers.» p. 21-22


- Les labyrinthes _ sig lonegren _ dangles 1993 _ 19 07 12 :

labyrinthe hopi« On connaît généralement ce symbole sous le nom de labyrinthe hopi Tapu'at (la mère et l'enfant). Le carré représente la renaissance spirituelle après le passage d'un monde au monde suivant, comme le symbolise l'Emergence elle-même. Dans ce tracé, la ligne droite qui émerge de l'entrée n'est pas reliée au labyrinthe. Ses deux extrémités symbolisent les deux stades de la vie, l'enfant à naître dans le sein de la Terre-Mère, et l'enfant après la naissance, la ligne symbolise le cordon ombilical et la voie de l'Emergence. [...] l'extrémité inférieure se trouve enserré par les bras en forme de U du labyrinthe. Les lignes intérieures représentent les membranes foetales qui enveloppent l'enfant lors de sa vie intra-utérine, et les lignes extérieures sont les bras de la mère qui le tiendront plus tard. labyrinthe hopi Tapu'at la mère et l'enfant
Le symbole circulaire est légérement différent dans sa conception et dans sa signification. La ligne centrale de l'entrée est directement reliée au labyrinthe, et le point central de la croix ainsi formée représente le Soleil-Père, celui qui donne la vie. A l'intérieur du labyrinthe, les lignes aboutissent à quatre points. Toutes les lignes et les passages qui constituent le labyrinthe représentent le projet universel du Créateur, que l'homme doit suivre lors du cheminement sur la route de la vie; et les quatre points représentent les points cardinaux ou les directions de l'espace qui sont intégrés au sein de ce projet universel de la vie.»
p. 42 43

« J'ai le sentiment que le Minotaure lui-même a été aussi rajouté plus tard. L'histoire célèbre du Labyrinthe est une aberration. La plupart des autres mythes concernant la labyrinthe placent une femme en leur centre, pas un monstre mâle. La plupart des mythes grecs sont des histoires beaucoup plus anciennes dont la coloration reflète surtout la civilisation grecque patriarcale...
Tandis que Pasiphaé avait une origine divine en tant que déesse de la lune, sa fille Ariane avait, elle aussi, été une divinité à part entière. Dans la Crète antique, on l'avait surnommée "la Maîtresse du Labyrinthe". Christine Downing explique comment elle a peu à peu compris qu'Ariane avait été autre chose que le souffre-douleur de Thésée: "Ariane fait partie de l'ancienne période matrilinéaire vouée au culte de la Déesse-Mère. Ce n'est une simple mortelle, la bien-aimée de Thésée, de même que sa divinité ne provient pas uniquement de sa liaison avec Dionysos. Elle est immortelle dans son essence. [...] Ariane est l'une des Mères Primordiales, une des grandes déesses de la Crète. En tant que telle, on l'appelle la Puissante, la Maîtresse du Labyrinthe, la Pure, etc. Se demander qui est Ariane, suivre le fil jusqu'au bout conduit immanquablement au centre d'un labyrithe, et en ce centre, on retrouve Ariane, elle-même.»
p. 86-87

labrys minonéen knossos bipenne « On dit que cette hache particulière (le labrys) était utilisée à l'origine par les guerrières scythes qui s'en servaient comme d'un sceptre, et qu'elle était l'un des attributs préférés des Amazones. Elle est devenue l'un des symboles modernes de la puissance des femmes et de la Déesse. Elle est également l'un des puissants symboles de notre temps. Il semble y avoir une relation étroite entre la déesse d'une part, et le labyrinthe et la hache double, le labrys, d'autre part.» p. 88
cf http://www.cretegazette.com/2008-12/minoan-calendar.php (en anglais)

« Dans le mythe, Thésée rencontre son reflet, son double, le Minotaure. La bête, l'ombre de Thésée, était mi-déesse humaine, mi-dieu animal. Son grand-père était Poséidon et sa mère Pasiphaé était à l'origine vénérée en tant que vache blanche, déesse de la Lune.» p. 130

« A la latitude de Cnossos, soit 35° [...] si vous dirigez la poignée de la hache vers l'étoile polaire (à l'époque de Thésée, cette étoile s'appelait "Thuban" de la constellation du Dragon), le bord non tranchant de la labrys dirigée vers le nord-est va venir dans l'alignement du grand apogée septentrional de la lune couchante...un labrys avec ces rapports pythagoriciens ne peut être essentiellement qu'un outil permettant de suivre les révolutions importantes de la Lune.»
p. 141


- L'enseignement de l'Arbre Maître _ mario mercier _ albin michel 1986 _ 09 06 12
  ►extraits et citations du texte


- Les signes de la fin des temps _ question de n°131 _ a michel 2008 _ 01 06 12


be hip bop

- Le jeu cosmique _ stanislav grof _ éditions du rocher 1998 _ 22 05 12


- Fondation foudroyée _ isaac asimov _ denoel 1983 _ 14 03 12 :

« Le progrès d’une civilisation tend essentiellement à limiter la vie privée des gens.»
« Une bonne question est la clé qui permet de déboucher sur une infinité de réponses.»


- ABC d'occultisme _ papus _ éditions dangles _ 31 01 12


- Les runes et l'écriture des étoiles _ j-y guillaume _ dervy 1992 _ 08 10 11 :
  ►extraits et citations du texte


- Seconde fondation _ isaac asimov _ denoel 1966 _ 06 05 11 :

« Les choses n’ont pas besoin d’être vraies, du moment qu’elles en ont l’air.»


- La médecine chinoise _ georges beau _ le rayon de la science 1965 _ 21 03 11

- La ...belle histoire des plantes _ pelt, mazoyer, monod _ seuil 1999 _ 20 03 11

- Paroles de l'âme _ swami brahmananda _ atma bodha satsanga 1980 _ 03 02 11


- Les secrets de l'aura _ lobsang rampa _ j'ai lu 1974 _ 11 12 10 :

La corde d'argent est « une masse de molécules à haute fréquence qui vibrent et gravitent à grande vélocité pour mettre en contact le corps humain et le surmoi ». (astral? ) p. 19

L'éthérique est le champ magnétique qui entoure le corps humain, c'est la frontière de l'aura. L'éthérique est d'une épaisseur d'1 mm ou plus tout autour du corps. Après une journée de travail, il est de faible épaisseur, après un repos il est plus épais.
Tout se réflète dans l'aura qui est le miroir du surmoi, ou de l'âme, il en présente les couleurs, son état et son caractère. L'aura est plus subtile que l'éthérique, l'aura forme une coquille ovoïde qui s'écarte de la surface du corps. L'aura est formée par les radiations colorées partant des chakras, à chaque couleur est associée une note de la gamme musicale, une planète du système solaire...

« Lorsque l'on pense, on projette des vibrations depuis le creveau vers l'éthérique et l'aura, jusqu'à la peau aurique. Là sur la surface externe de cette enveloppe, des images se forment et on voit ses pensées.» p. 55

+ lire critiques de l'oeuvre de rampa https://fr.wikipedia.org/wiki/Lobsang_Rampa


sms tue

- Fondation et empire _ isaac asimov _ denoel 1966 _ 26 11 10 :

« Les lois de l’Histoire sont aussi absolues que celles de la physique, et si les probabilités d’erreurs sont plus grandes, c’est uniquement dû au fait que l’Histoire ne prend pas en compte les êtres humains en aussi grand nombre que la physique ne le fait avec les atomes, si bien que les variations individuelles comptent davantage.»


- Fondation_ isaac asimov _ denoel 1966 _ 01 08 10 :
« Pour réussir, il ne suffit pas de prévoir. Il faut aussi savoir improviser.»
« La violence est le dernier refuge de l'incompétence.»


- Les portes de la perception _ aldous huxley _ rocher 1954 _ 07 03 10
- Archives des anges _ alix de saint andré _ nil editions 1998 _ 26 02 10
- La fin de raspoutine _ prince youssoupoff _ plon 1927 _ 05 12 09
- Fictions _ jorge luis borges _ gallimard _ 1957 et 1965 _ 23 11 09
- Les iroquois et le rêve chamanique _ robert mauss _ véga 2005 _ 15 11 09
- La lutte de l'ange _ j p kauffmann _ la table ronde _ 2001 _ 03 11 09
- Les neuf milliards de noms de dieu _ a c clarke _ nouvelles 1978 _ 15 08 09
- L'antarctide des origines, réflexion sur les origines des peuples _ robert argod _ richmond editions 2003 _ 03 05 09
- Destination univers _ alfred e. van vogt_1969_ 18 02 09
- Trips_robert silverberg_j'ai lu 1970-1974_23 09 08
- Apocalypse 2012, enquête sur des catastrophes annoncées_lawrence e. joseph_michel lafon 2007_23 10 07
- Le message des crânes de cristal_arthur colin_alphée 2007_07 07 07
- La pratique de l'illumination et la science de l'immortalité par les méditations merkaba_jean spinetta_éditions lanorre 2006_22 04 07
- Mystiques et magiciens du tibet_alexandra david néel_plon 1929_03 09 06
- Nus, féroces et anthropophages_hans staden_métailé 1979_07 07 05
- Au service du maître_philip k. dick_denoël 1989_12 04 05
- L'empire des anges_bernard werber_albin michel 2000_20 02 05
- La mort du sorcier ou la médecine n'est plus ce qu'elle était_loïc etienne _ albin michel 1993_01 2005
- L'ultime secret_bernard werber_albin michel 2001_14 12 04
- L'homme et l'invisible_jean servier_robert laffont 1964_14 10 04
- Garanti sans moraline_patrick declerck_flammarion 2004_23 09 04
- Les particules élémentaires_michel houellebecq_flammarion 1998_15 09 04
- Le singe nu_desmond morris_grasset 1968_16 07 04
- Contes initiatiques peuls_amadou hampâté bâ_stock 1994_22 05 04
- L'homme révolté_albert camus_gallimard 1951_29 09 03
- Le mythe de sisyphe_albert camus_gallimard 1942_16 06 03
- Les dieux de la terre, iram et lazarre_khalil gibran_mille et une nuits_01 04 03
- La bible tchouktche ou le dernier chaman d'ouelen_youri rythhèou_actes sud_29 03 03 awebdel al ricoyot
- Amok_stefan zweig_stock 1979_21 01 03
- Race et histoire_claudelévi-strauss_unesco 1952_25 12 02
- Dionysos et la déesse terre_maria daraki_ champs flammarion 1985_10 11 02
- La montagne de l'âme_gao xingjian_éditions de l'aube 2000_28 04 02
- Le geste et la parole_andré leroi-gourhan_albin michel 1964_ 01 04 02
- La lumière de la nuit_pietro citati_gallimard 1999_09 03 02
- Légendes du guatémala_miguel angel asturias_gallimard 1953_05 02 02
- L'univers dans une coquille de noix_stephen hawking_o. jacob 2001_01 2002
- Trois des quatre soleils_miguel angel asturias_albert skira 1971_27 01 02
- Le feu du dedans_carlos castaneda_gallimard 1985_21 12 01
- Kailash, montagne sacrée du tibet_michel coquet_dervy livres 1989_24 11 01
- Ainsi parlait zarathoustra _ friedrich nietzsche_lgf 1983_10 09 01
- 2001 l'odyssée de l'espace_arthur c. clarke_29 08 01
- Le serpent cosmique, l'ADN et les origines du savoir_jeremy nerby_georg edition 1995_25 07 01
- Les chamanes de la préhistoire_jean clottes et d.l.williams_la maison des rochers 2001_19 07 01
- Intro. à l'essence de la mythologie_c.g.yung + c.kerény _payot 1953_06 2001
- Le théâtre et son double_antonin artaud_gallimard 1964_06 05 01
- Bilbo le hobbit_j.r.r. tolkien_stock 1969_05 02 01
- Le rêve mexicain_j.m.g. le clézio_gallimard 1988_03 02 01
- Gens des nuages_j.m.g. le clézio_stock 1997_08 2000
- La prophétie des andes_james redfield_robert laffont 1994_08 2000awebdel al ricoyot
- L'art de rêver_carlos castaneda_éditions du rocher 1994_07 2000
- Les chants de maldoror_comte de lautréamont_gallimard 1973_06 2000
- Le terrier_franz kafka_mille et une nuits_03 2000
- Ti jean l'horizon_simone schwarz bart_point seuil 1979_10 01 00
- Texaco_ patrick chamoiseau_gallimard 1992_1999
- La parole est un monde_anne stamm_seuil 1999_09 1999

awebdel al ricoyot

- Désert_j.m.g. le clézio_gallimard 1980_
- Mondo et autres histoires_j.m.g. le clézio_gallimard 1978_
- Le désert des tartares_dino buzzati_robert laffont
- Le k_dino buzzati_robert laffont 1967_
- Là-bas_j.k. huysmans_lgf 1988_
- Oedipe roi_sophocle_lgf 1994_
- Babylon babies_ maurice g. dantec_NRF 1999_
- Le livre du rire et de l'oubli_milan kundera_gallimard 1985_
- Le prophète_khalil gibran_gallimard 1992_
- L'art à la source_claude roy_gallimard 1992_
- Ravage_rené barjavel_denoel 1943_
- La nuit des temps>_rené brajavel_presse de la cité 1968_
- Le voyageur imprudent_rené barjavel_denoel 1958_
- L'enchanteur_rené barjavel_denoel 1984_
- La guerre des mondes_h.g.welles_mercure de france 1950_
- 1984_george orwell_gallimard 1950_
- La fontaine pétrifiante_christopher priest_calmann-lévy 1981
- L'anneau-monde_larry niven_jacques polanis 1983_
- La patrouille du temps_poul anderson_poul anderson 1960_
- Demain les chiens_clifford d. simak_cliffod d. simak 1952_
- Et l'homme créa dieu_frank herbert_pocket 1988_04 2000
- Dune 1 et 2_frank herbert_robert laffont 1972_
- Le messie de dune_frank herbert_robert laffont 1972_
- Les enfants de dune_frank herbert_robert laffont 1978_09 2000
- L'empereur dieu de dune_frank herbert_robert laffont 1982_10 2000
- Les hérétiques de dune_frank herbert_robert laffont 1985_28 10 2000
- La maison des mères_frank herbert_robert laffont 1986_12 2000
- Apporte-moi de l'amour_charles bukowski_mille et une nuits 1999_
- Bobok_fiodor dostoïevski_mille et une nuits 1994_awebdel al ricoyot
- Ecce homo_friedrich nietzsche_mille et une nuits 1997_1999
- L'errant_khalil gibran_mille et une nuits 2004_
- Une amérique qui fait peur_edward behr_pocket 1996_
- Le serpent à plumes_d.h. lawrence_lgf 1957_20 04 03
- L'eau et les rêves_gaston bachelard_17 04 03
- Le temps et les dieux_lord dunsany_terre de brumes 2003_
- Le sixième grand-père, black elk et la grande vision_black elk et raymond j.de malie_éditions du rocher 1999_
- La danse et le sacré_elisabeth zama_dervy 1996_
- De l'androgyne, théorie plastique_joséphin péladan_savoir pour être 1994_
- L'âme primitive_lucien lévy bruhl_puf 1996_
- Histoire des magies_kurt seligmann_encyclopédie planète 1964 _
- Le souffle du monde_yves simon_grasset 2000_
- Pêcheur de lunes_jean raspail_robert laffont 1990_
- Les mythes de cthulhu_lovecraft_robert laffont 1991_
- Le parfum, histoire d'un meurtrier_patrick süskind_
- Le pigeon_patrick süskind_fayard 1987
- Ecrits prophétiques des dernières années_william blake_josé corti 2000_
- Moqueries et métamorphoses d'un dieu aztèque, tezcatlipoca, le seigneur au miroir fumant_guilhem olivier_institut d'ethnologie 1997_
- Les amérindiens_larry j. zimmerman_albin michel_
- La grande déesse mère_shahkrukh husain_albin michel 2001_
- L'inde éternelle_richard waterstone_albin michel 1995_
- Les chamanes_piers vitebsky_ albin michel 1995_
- Les mystères du vaudou_laënnec hurbon_gallimard 1993_
- Bacon monstre de peinture_christophe domino_ gallimard 2004_
- Fellini le cheik blanc_ jacqueline risset_adam biro 1990_
- L'ombilic des limbes_antonin artaud_gallimard 1956_
- Le théâtre et son double_antonin artaud_gallimard 1964_
- Le feu du dedans_carlos castaneda_gallimard 1988_
- Le rêve mexicain_j.m.g. le clézio_gallimard 1988_
- Les héros mythiques et l'homme de toujours_fernand comte_points seuil 1993_
- Les mythes de l'éternel retour_mircea éliade_gallimard 1989_
- Méphistophélès et l'androgyne_mircea éliade_gallimard 1995_
- Mythes, rêves et mystères_mircea éliade_gallimard 1989_
- Le chamanisme et les techniques archaïques de l'extase_mircea éliade_payot 2007_
- Lettres à un jeune poète_rainer maria rilke_gallimard 1993_
- Le rêve et son interprétation_ sigmund freud
- Du côté de chez swann_marcel proust
- Le côté de guermantes_marcel proust_lgf poche 2001_
- La maison tellier_guy de maupassant
- Contes fantastiques_guy de maupassantawebdel al ricoyot
- Alcools_guillaume apollinaire
- Le spiritisme_allan kardec
- Love story_erich segal_1974_
- Le fils de la nuit éternelle_john farris_pocket 1989_
- Les autres dieux_h.p. lovecraft
- Une prière américaine_jim morrison_10/18 1985_
- Wilderness_jim morrison_10/18 1992_
- L'homme de main_rené belletto_librio 1994_
- Tout est langage_françoise dolto
- Ainsi parlait zarathoustra_friedisch nietzsche
- La vie est ailleurs_milan kundera_gallimard 1973_
- Le chevalier inexistant_italo calvino_éditions seuil-point 1995_
- La fête chantée_j.m.g. le clézio_gallimard 1997_
- Un roi sans divertissement_jean giono
- La curée_émile zola
- Celui qui attend_ray bradbury_j'ai lu 1999_
- Les anges vagabonds_jack kerouac_poche 1973_
- Sur la route_jack kerouac_poche 1976_
- La divine comédie_alligieri dante
- Voyage au bout de la nuit_l.f. céline_gallimard 1972_
- Des souris et des hommes_john steinbeck_gallimard 1972
- L'alchimiste_paulo coelho
- Pourquoi j'ai mangé mon père_c.j. lewis
- La conjuration des imbéciles_j.k. toole
- Les nuits fauves_cyril collard_
- Le romancier et ses personnages_françois mauriac_
- Le lendemain de la machine_f.g. royer_
- La fille du capitaine_pouchkine
- Holocauste_gerald green
- L'attrape coeur_salinger
- Le meilleur des mondes_aldous huxley
- Frankenstein_mary w. shelley
- Le petit prince_antoine de saint exupéry_gallimard 1943_
- La ville asphyxiée_m.monpezat et a. ziwes_éditions des portiques 1930_


awebdel al ricoyotSITES DIVERS  

http://les-dictionnaires.com/: portail de 150 dictionnaires thématiques
http://www.dicocitations.com/

awebdel al ricoyotrecherche et achat delivres :
http://www.fnac.com/livres.asp?bl=2[1pro]liv
http://www.amazon.fr/ref=gno_logo_b


awebdel al ricoyotOEUVRES ET NOTES  

Dans ARCHIVES DES ANGES d'Alix de Saint André éditions folio 2000 :
- Même étymologie pour humain, humus, humilité p19
- Ange vient de l'hébreu malakh qui signifie messager (malakh> almokyo in el)
- Jacob l"usurpateur" demande à l'ange : « révèle-moi ton nom ?» et l'ange de lui répondre « pourquoi me demandes-tu mon nom» p32 (qui est ton nom ? dans livre EL)
- Le combat entre l'ange et Jacob vaut à celui-ci de claudiquer
- Israël "celui qui a vaincu Dieu" p34
- Origine commune entre testament, témoin et testicule _ l'alliance p37
- « Je te salue pleine de grâce, le Seigneur est avec toi» dit Gabriel à Marie
- « L'Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très Haut te prendra sous son ombre.» p39
- « Le Verbe de Dieu pénétra en elle par son oreille et ainsi commença la grossesse de la Sainte Vierge» et Marie de répondre "Fiat" "que cela soit", reprenant "Fiat lux" "que la lumière soit" de Dieu au début de la création p40

awebdel al ricoyot Robert Silverberg dans la nouvelle "traverser la ville" présente une anticipation et une analyse perspicace, terrifiante et apocalyptique de la notion de village global, de cité-monde tentaculaire où les pays ont disparu et où la surpopulation a divisé les surfaces potentiellement habitables en communautés, foyers urbains et districts interdépendants mais spécifiques dans leurs différences réciproques, empilés les uns à côtés des autres tel un patchwork dépareillé mais sous contrôle de policiers robots, gérés par programmes informatiques. Une société mondialisée en "tapisserie de béton et d'acier collée comme une armure d'écailles à la peau de notre planète", mondialisation et pulvérisation chaotique sociale et humaine jusqu'à ce que la femme du mois du protagoniste vole un programme, faisant boguer et dérailler le système...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Silverberg


coucher soleil

ligne de basse



awebdel al ricoyot

ligne de basse