Revenir en Haut


 _ Chamanisme et chamans _ mario mercier 


« Dès que la mère a expulsé le placenta, écrit Knut Rasmussen [selon wikipédia c'est explorateur et anthropologue danois. Surnommé « le père de l'esquimaulogie », il fut le premier Européen à traverser le passage du Nord-Ouest à l'aide d'un traîneau attelé à des chiens], quelqu'un prend le nouveau-né dans ses bras et le fait regarder au travers. Ce geste magique permet au bébé d'acquérir le don de seconde vue. Par la suite, ces enfants sont appelés " Ceux qui ont des yeux dans le noir".» p54

L'apprentissage du chaman « consiste à feindre la mort du candidat, puis à simuler sa résurrection...En transe ou plongé dans un sommeil cataleptique, le novice est assailli par les Forces qui le dépècent, disloquent ses os, arrachent ses yeux, rongent sa chair et s'abreuvent de son sang. Plantée su un piquet de fer, sa tête, bien que privée de ses yeux, assiste à ce carnage. Puis, lorsque les Esprits ont tout remis en place, le chaman est désormais apte à chamaniser. Ayant été rendu au monde par ceux qui ont mangé sa chair et bu son sang, il a désormais le droit de les retrouver dans les Plans occultes.» p47

« Peu à peu, le novice développe sa conscience intérieure, la lie à sa conscience extérieure et inversement. Dès lors, ayant dépassé les normes de la sensation et du sentiment, il les restitue sous forme d'intuition et de perception... Tu seras seul pour attendre tes visions. Si elles tardent, ne t'impatiente pas, elles viendront. Alors ce que tu verras et entendras te plongera dans l'épouvante... Pour maîtriser ces Esprits déchaînés, il te faudra aller jusqu'au bout de ta peur pour ne plus avoir peur.» p62-63

« Un chaman yakoute a donné des détails sur cette cérémonie - « le déplacement » - à laquelle tout chaman, en principe, est tenu de se soumettre trois fois de suite. Selon lui, les membre du candidat sont détachés avec un crochet de fer, les os nettoyés, les chairs raclées à fond, les liquides organiques expulsés, les viscères enlevés et les yeux extraits des orbites. Après quoi, les Esprits se livrent à l'opération inverse : ils reconstituent le squelette en maintenant les os avec des chevilles de fer et le « rhabillent » de chair fraîche après avoir mis en place de nouveaux organes substitués aux anciens. Il suffit, ensuite, de ressusciter l'apprenti chaman.» p65

masque chaman

Un arbre bouleau est fixé dans la yourte du candidat chaman. « Ses racines plongent dans l'âtre, sa cime sort par l'orifice percé dans le toit : le « trou de fumée ». Ce bouleau est l'« Udeshi Burkhan », c'est-à-dire le « Dieu de la porte » ou encore « Dieu portier », parce qu'il ouvre la Porte du Ciel au chaman.» D'autres bouleaux sont fixés loin de la yourte et sont reliés à celui installé dans la hutte du chaman « par deux minces bandes d'étoffe rouge et bleue. On les désigne sous le nom d'« arc-en-ciel » et elles symbolisent le chemin que le chaman doit suivre pour gagner le Ciel.» p78-79

« L'idée que les peuples de l'Asie septentrionale et centrale se font du Ciel - l'Espace sacré par excellence, auquel le chaman accède par l'intermédiaire du bouleau - relève d'une ravissante imagination poétique non dénuée d'humour. Les Turco-Tatars l'imaginent comme une tente circulaire tendue sur l'Univers. La Voie lactée en est la couture, les étoiles des « lucarnes ouvertes sur l'Infini ». Pour les Yakoutes, les étoiles sont aussi des fenêtres s'ouvrant sur le monde, et le Ciel, un dôme fait de peaux de bêtes tendues et cousues ensemble.» p80

« Les groupes chamanistes font de l'Etoile polaire, monde inconnu, fascinant et prestigieux, le piquet qui fixe la tente céleste et la maintient solidement en place.»C'est le « Clou du Ciel », « Etoile Clou », le « Pilier d'Or », le « Pilier de Soleil », « Le « Pilier du Monde » des Bouriates, qui voient dens l'Etoile polaire le pieu auquel on attache les autres étoiles, ces « Chevaux du Ciel.» p82

kamlenie : séance chamanique.« ...la kamlenie de guérison impliquant le rapt de l'âme par un Démon, le chaman va la rechercher dans les Plans infernaux plutôt que dans les Plans célestes. S'il se rend ensuite au Ciel, c'est pour se purifier des mauvaises influences qu'il a drainées au contact des entités infernales.»

« Le chaman est un homme en bonne santé et en parfait équilibre mental. Il en fournit lui-même la preuve en dominant seul sa propre extase.»

« Pour la première partie de la kamlenie (recherche de l'âme et identification des abasy [= mauvais esprits] qui ont provoqué la maladie), le port du costume n'est pas obligatoire. Le chaman se sert seulement de son tambour pour appeler les Esprits auxiliaires et se mettre lui-même en extase. Le tambour, une fois alourdi de tous les Esprits accourus, lui servira à circuler à travers les Espaces magiques hérissés de pièges et de dangers où il devra accomplir tout ou partie de sa mission. La seconde partie de la kamlenie, en revanche, requiert la tenue traditionnelle chamanique. Le costume a souvent la forme d'un oiseau... Ainsi couvert par ce costume...le chaman devient un pentacle humain... il ferme ses yeux, pour mieux se concentrer ; quand il les ouvre, ils sont sans regard, comme aveugles. C'est vers un autre monde que les yeux du chaman sont tournés.»
p88-89

« Les populations chamaniques vénèrent une Puissance éternelle et créatrice : Art-Toïon-Aga, « Père et Chef du Monde », et qui réside dans le Neuvième Ciel. Ce Roi des Dieux a une voix qui roule comme le tonnerre, il resplendit comme un soleil, mais l'espèce humaine ne l'intéresse nullement.» p90

« A la longue, cet affrontement avec les Forces du Mal épuise le chaman psychiquement et nerveusement. Lorsqu'il attaque les Esprits maléfiques, il ne se contente pas de les exorciser, il les intègre dans son propre corps, il les « possède », et, à force de les torturer, parvient à les expulser. Il gagne parce qu'il connaît la nature profonde de ces Forces existentielles et féroces, le « défaut de leur armure », par lequel sa propre force s'insinue pour désintégrer leurs énergies. Il les domine encore parce qu'il peut séparer à volonté son âme de son corps, se livrer aux expériences extatiques qui font de lui un être d'une valeur aussi exceptionnelle que singulière. Mais, à la longue, les forces vives que le chaman jette sur le champ de bataille pour sortir vainqueur du combat s'affaiblissent et tout se termine, quelquefois, par la possession du chaman fragilisé, que les Esprits investissent.» p99

« Les populations chamaniques ont une idée très précise de l'autre monde. Il est comme le nôtre, à ceci près qu'il en est l'image inversée. Quand l'aube se lève sur la terre, le crépuscule s'étend sur l'Au-Delà, notre été correspond à son hiver, et les groupes asiatiques célèbrent les fêtes des Morts après le coucher du soleil, parce que c'est le moment où ces morts s'éveillent et commencent leur journée.» p106

En Australie le candidat chaman « n'atteint pas le Ciel au moyen de l'Arbre. Il lui faut franchir, pour accéder au Monde d'En-Haut, des portes de nuages qui s'ouvrent et se referment très vite. Si le candidat est touché par ces portes, il perd toute expérience acquise et il redevient, définitivement, un homme comme les autres... Parfois,... le néophyte monte au Ciel au moyen d'une corde ou d'une écharpe. En certains cas, ils suffit de s'envoler, en d'autres, de monter un escalier en spirale.» p110

psychédélique vision chamanique hallucination

« Deux âmes habitent le corps de l'Eskimo : l'âme-de-vie (qui loge à la base du cou), chargée d'insuffler à l'homme la vitalité dont il a besoin, et l'âme-du-nom, qui ne se dissocie guère de l'âme-de-vie, puisqu'elle la suit lorsque cette dernière quitte le corps de l'agonisant. A cet ultime instant, l'âme-du-nom devient inutile, sa fonction étant de protéger, d'aider l'homme auquel elle n'est attachée que durant sa vie terrestre. Le nom (l'adek) tient une place très importante dans l'existence de l'Eskimo. Il donne à celui qui le porte toutes les qualités physiques et mentales qu'on lui prête. Il vibre d'énergies bénéfiques et communique ses pouvoirs à l'individu qu'il désigne, faisant de lui un chasseur intrépide, un pêcheur infatigable, un père de famille heureux.» p114-115

« ... les chamans pouvaient autrefois voler comme des oiseaux, en écartant leur bras de leur corps, comme des ailes.» p118

Chez les Inuits « " homme " se dit tansaaq et cela signifie : « une chose qui ressemble à son ombre ». S'il parle de lui-même, le chaman se désigne par ce mot hermétique : tahtarhrayog ( « celui qui se tient caché »).

« La visualisation de son squelette est une étape capitale dans l'initiation du novice. S'il ne la réalise pas, jamais il n'aura droit au titre de chaman. Jamais il n'aura, groupées autour de lui, accourant à son appel, ces forces qu'on appelle les Esprits auxiliaires, chargées de l'assister dès qu'il sera autorisé à chamaniser... Le candidat doit prendre personnellement contact avec ces forces, mais il n'a pas le pouvoir de les choisir lui-même. C'est à elles qu'appartient l'initiative de la rencontre... « A partir du moment où ta chair sera devenue magique, lui a dit encore l'angakok [le chaman inuit], tu continueras à frotter tes pierres l'une contre l'autre en leur imprimant un mouvement circulaire, et tu verras ce qu'aucun vivant ne peut voir [ quand il est totalement inconscient, inanimé à force de frotter jusqu'à l'épuisement]. Tu verras, parce que tes yeux seront allumés par les Puissances, parce que ton corps sera couvert d'yeux. Tu verras alors affluer vers toi les morts qui te parleront des choses de leur monde. Tu verras ensuite les Esprits en forme d'animaux, d'arbres, de rochers, de nuages... Ils t'apprendront leur nom, leur langage et ils t'aideront.» p125

« Le maître demande encore aux Dieux d'accorder à l'apprenti le don positif qui caractérise tout chaman authentique. Ce don, d'une extraordinaire puissance, c'est l'illuminatuion (le qaumanek). Quand il a reçu cette lumière, le novice, devenu voyant, voit très loin dans l'avenir, lit dans la pensée de ses semblables, débusque les âmes des morts errant dans l'Infini.» p128

« Le bois, c'est-à-dire l'arbre, est un grand réceptacle et dispensateur de forces, d'énergies et d'esprits, de même que l'os. Ainsi existe-t-il, dans la magie vaudou, des arbres-reposoirs où résident les Esprits. Il représente en outre, chez les chamans, l'Ancêtre totémique dont les effluences psychiques sont transmises en lui par la lumière lunaire. Le bouleau, qui a un rôle double de père et de mère, de phallus et de matrice, est chargée des Forces sacrées du Ciel et de la Terre. Celui qui verra en lui autre chose qu'un objet ou une valeur symbolique sait que l'arbre, lié à l'Air, est un imprégnateur d'Esprits.» p139

« ...la femme, d'après la tradition, est initialement le médium de l'homme. Elle sert d'attract aux forces psychiques. Le sang non fécondé attirant les influences négatives, l'homme qui est le protecteur astral de la femme, peut en subir de mauvais effets.» p153

« En revenant du Royaume des Ombre, [le chaman] fait à l'assistance un récit très détaillé de son expédition. Mais si la transe n'a pour but que de découvrir la cause de la maladie, il capte des images et reçoit aussi, de ses Alliés qui les lui communique dans le Language des Esprits, des indications qui se rapportent à l'affection qu'il doit écarter. La rencontre d'un tourbillon lui apprend que le mal a été apporté par le vent, car celui-ci, porteur d'Esprits, est une manifestation de forces occultes. Le chaman se doit alors d'interpréter d'abord la signification exacte de ce tourbillon, en se référant à son aspect, à son orientation, à sa forme. S'il tourne, par exemple, de droite à gauche, il y a dispersion des forces. S'il tourne en sens inverse, les Forces s'amassent en un bloc qu'il faut désagréger. Le chaman pénètre alors le tourbillon, s'identifie à l'Esprit nocif qui l'habite, l'incorpore, l'assume, l'assujettit afin d'en connaître le mécanisme, puis établit un système de contre-forces qui déséquilibre les influences mauvaises et les chasse. S'il voit son malade entouré de fleurs épanouies, la guérison est certaine. La fleur absorbe le magnétisme vital de la terre et le magnétisme du soleil. Elle en est la vibration astrale et la parfum qu'elle exhale est son âme. Si elle apparaît fraîche et colorée, c'est un signe que le magnétisme vital du malade est suffisamment fort pour qu'il guérisse. Si la fleur est fanée, le malade a perdu toute vitalité, il est condamné.» p156

«...perdre son centre, c'est perdre son pouvoir.» p164

« Cependant, je n'ignore pas que le Démon tente d'insinuer en moi le désarroi et la démence, et j'invoque, je réclame l'Esprit de ma Folie. Cette thérapeutique homéopathique donne de bons résultats. Elle me permet de m'assujettir à ce que l'on appele un « état de délire.» p166

« Cramponné à ma monture, je plonge dans un gouffre. L'atmosphère est glacée et peuplée de présences chargées de lourdes vibrations. Nous touchons le fond du gouffre. Sa forme rappelle celle d'un entonnoir, il donne sur un étroit orifice d'où s'échappe de la vapeur. Bien qu'il fasse très noir, j'y vois comme à travers une clarté crépusculaire. Impossible d'empêcher mon oiseau de sa faufiler dans le second gouffre. Ses ailes frôlent ses parois ressérées. Je suis étreint par une forte appréhension... Bien qu'elle soit penchée en avant, un phénomène de réflexion intérieure me permet de voir la tête de ma monture comme si je la regardais en face. L'oiseau a maintenant une tête de vieillard, au nez mince et courbe. De ses yeux s'échappent des ondes lumineuses, blanches et concentriques... Je repars presque immédiatement, mon corps astral toujours cramponné à l'oiseau qui ne ressemble plus tellement, maintenant à un oiseau. Il n'est plus qu'une forme noire dont les contours indéfinissable ne cessent de varier.» p168-169

Repousser les mauvais esprits « en développant ma lumière intérieure, cette lumière immatérielle qui attire les bonnes forces... Il faut agir sur ma structure mentale et la rendre plus labile, afin de retrouver la puissance du Sentir visuel. Le corps et l'esprit doivent alors mobiliser toutes leurs antennes supersensitives pour capter la psyché intense dans laquelle baigne l'univers, supprimer toute frontière séparant cette réalité donnée de la réalité magique, afin d'ouvrir ce qu'on appelle les « Portes de la distance ». Telle est l'action de base menant aux pouvoirs paragnomiques.» p173-174

« Je fais également appel au jeu de mes consciences et les rassemble pour former une entité agissante : conscience extérieure et intérieure, conscience de veille, conscience onirique, conscience de guerrier, conscience de l'émotion, conscience de l'imagination, conscience de l'oeil qui voit dehors et dedans, etc. De chacun de leurs aspects, je fabrique autant de facettes protectrices que j'oppose aux agressions des influences errantes. » p175

« Je subis la perception simultanée de différents mondes qui se croisent, s'interfèrent, s'additionnenet, se multiplient ou s'annulent, le tout à une extraordinaire vitesse. Je suis autour de moi, je suis là-bas très loin, quelque part au bout du champ de blé, je suis au-dessus de ma tête et sous chacun de mes pas, je suis à l'intérieur de mes os, je suis partout bien que restant toujours moi-même.» p177-178

« Emprisonné dans une dimension donnée, l'homme d'aujourd'hui ne peut se passer de garanties scientifiques, car il croit qu'en elles réside la clef de sa puissance mentale. De plus, son système de pensée et d'analyse référentiel, issu d'une culture de surface, faussement sécurisante, le coupe de son véritable sens psychique. Son historicité est son drame et il ne peut concevoir que, au-delà du cercle étroit des idées qui lui ont été inculquées, existent des Espaces et des Mondes différents, peuplés d'êtres régis par des lois fondamentalement opposées aux siennes.» p183

« ... a-t-on jamais pensé que, au-delà de ces yeux et de ces oreilles de chair, existent les yeux et les oreilles de l'Esprit, qui ont, entre autres pouvoirs, celui de regarder, d'écouter le monde des rêves, avec une acuité inconnue dans la réalité quotidienne.» p185

« L'esprit a la faculté de créer à volonté, dans l'espace, hors du temps, une réalité plus vraie, plus puissante que la réalité de notre monde matériel. Pour cela, il lui faut être ouvert et mis en harmonie avec le Psychisme universel.» p186

« Jadis, l'Homme des Anciennes Races, dont parlent les théosophes, savait unir son Sentir à celui de l'animal, à qui nous devrions bien demander des leçons, ne serait-ce que sur le plan de l'instinct et de la perception. Cet homme se servait, pour se faire, du rite totémique, qui lui permettait de sacraliser et de fixer cette union. Ce rite s'opérait par imprégnation psychique et astrale et il en résultait un formidable échange de fluides et de forces... Celui qui se transformait en animal n'en prenait pas toujours l'aspect, mais se « revêtait » de ses vibration, de ses fluides, de son ambiance en se reliant avec l'Esprit-Groupe qui dirigeait l'animal.» p187

« [Le chaman] doit encore se servir de son Imagination - qu'il ne faut pas confondre avec les imaginations qui ne sont que des jeux de l'esprit - mais de cette Imagination procédant de la grande Imagination imaginante, de celle qui crée et recrée sans cesse l'univers où nous évoluons, captifs et vulnérable.
L'enfouissement dans le cerveau, au cours des âges de l'épiphyse, ou glande pinéale encore appelée le « troisième oeil », a éloigné l'homme de sa faculté de voir au-delà des apparences, car cet oeil magique, chargé de sève psychique, lui permettait d'avoir la vision immédiate des mondes occultes.
Ainsi, cette glande, à travers les fontanelles ouvertes du bébé, laisse encore manifester son effluence. En grandissant, l'enfant reste imprégné de ses contacts avec le psychisme universel dont l'imagination lui servira de véhicule conducteur. Il vit dans un monde amplifié, traversé de courants et de forces où rien ne s'est encore statufié, monde qui déterminera par la suite sa structure sensorielle.
Il en a été de même pour l'épine dorsale, qui était, à l'aube des hommes, le véhicule de la moelle spirituelle et dont se sert la magie tantrique. Cette moelle captait les courants telluriques et cosmiques. Les Egyptiens lui ont consacré d'importants rites de fixation.
Savoir se placer dans l'Axe directionnel de la Grande Force imaginante, tel doit être le principal but de l'homme appelé à devenir chaman. Ces pouvoirs (facultés d'agir) viennent à celui qui sait se mettre dans cette ligne d'énergie, par un renouvellement constant de lui-même et un don total de sa personne.»
p188

« Le véritable homme magique est avant tout un homme de chaleur.» p189


M. MERCIER, Chamanisme et chamans, Editions Dangles, 1987.




gauche left fleche ancre haut droite right fleche

ligne de basse